Pression lexicale et contraintes phonologiques dans la dérivation en -aie du français

Authors

  • Michel Roché Université de Toulouse-Le Mirail

DOI:

https://doi.org/10.4312/linguistica.51.1.5-22

Keywords:

Pression lexicale et contraintes phonologiques dans la dérivation en -aie du français

Abstract

La dérivation en -aie (chênaie, roseraie, châtaigneraie...) suit normalement le schéma : N de plante + -aie --> N de collectif. Quelques dérivés présents dans les dictionnaires, cependant, s'écartent de cette configuration : cerisaie au lieu de ceriseraie, joncheraie à côté de jonchaie, etc. Ils sont beaucoup plus nombreux, proportionnellement, parmi ceux qu'on peut recueillir sur la Toile. On a mis en évidence deux séries de facteurs, tantôt convergents tantôt antagonistes, qui expliquent ces écarts : (i) l'influence de la série dérivationnelle dans laquelle le dérivé est destiné à s'intégrer (un " effet de rime " tend à substituer à la finale phonologiquement " pauvre " -aie la finale plus " riche " -eraie, déjà surreprésentée à cause du grand nombre de noms d'arbres en -ier parmi les bases des dérivations antérieures) ; (ii) des contraintes de " bonne formation " - contraintes de taille, contraintes dissimilatives - qui conduisent à modifier le thème fourni par la base afin qu'il constitue un radical phonologiquement plus satisfaisant. Le corpus révèle également un grand nombre de dérivés construits sur des thèmes " savants " (bétulaie, lariçaie, suberaie...), bien que le suffixe appartienne lui-même au versant " populaire " de la dérivation ; ce qui conduit à remettre en cause le principe de correspondance univoque entre les cases de l'espace thématique d'un lexème et celles de son paradigme dérivationnel. Ces observations relativisent fortement la notion de " Règle de Construction des Lexèmes " au profit d'un système de contraintes d'ordre lexical ou morphophonologique.

Downloads

Download data is not yet available.

Published

31.12.2011

How to Cite

Roché, M. (2011). Pression lexicale et contraintes phonologiques dans la dérivation en -aie du français. Linguistica, 51(1), 5–22. https://doi.org/10.4312/linguistica.51.1.5-22